Point par Point

« Décrypter, comprendre, analyser »

Quand les chinois menacent d’attaquer les vins français

Les viticulteurs chinois demandent à leur gouvernement d’enquêter sur une prétendue vente à perte des vins importés. Qui sont pourtant taxés à 50 %. Ce qui n’empêche pas le vin français de prospérer.

  • La semaine dernière, on apprenait qu’un investisseur chinois avait acheté le château de Gevrey-Chambertin, en Bourgogne. Maintenant, on découvre que les viticulteurs de l’Empire du milieu entrent en guerre contre leurs collègues européens, qu’ils accusent « de vendre à perte des vins sur le marché chinois ». L’Association chinoise de l’industrie des boissons alcoolisées a demandé à Pékin de mener une enquête car, pour elle, « l’Union européenne subventionne lourdement son industrie viticole ».
  • « Bêtises, s’exclame, en retour, Jérôme Sabate, œnologue basé à Pékin, qui a travaillé pour Dragon Seal, important producteur de vin chinois. L’Europe ne subventionne pas le vin. Et puis, 85 % du vin vendu ici est chinois. Mais alors que la part de marché du vin national diminue, le gouvernement craint que les importations ne représentent un jour 50 % des ventes. »
  • A l’occasion du 13 eChangli international wine festival qui accueillait le DWWA (Decanter world wine award Asia), un des concours les plus prestigieux en Asie  organisé par le magazine anglais Decanter. Un jeune et for­tuné péki­nois fait l’acquisition d’un lot de 2 bou­teilles de 50 cl durant la vente aux enchères cari­ta­tive qui s’en est sui­vie pour la somme stra­to­sphé­rique de 30 000 $. Un record absolu pour une bou­teille de Vin d’Alsace! Vrai­sem­bla­ble­ment mécon­tent du suc­cès d’un vin fran­çais en Chine, il s’est empressé de jeter le pré­cieux fla­con au sol afin, selon lui, de défendre les vins chi­nois.

Le pékinois et ses 2 bouteilles de vin alsacien à 30000$

  • Le vin français connaît un formidable essor en Chine. Entre 2009 et 2011, ses ventes ont été multipliées par quatre, pour atteindre 539 millions d’euros. La Chine est d’ailleurs devenue le premier pays importateur de vin de Bordeaux.
  • Importateur, elle se veut également producteur de vin, avec désormais 8 à 10 millions d’hectolitres, soit l’équivalent de ce que produit la région bordelaise.

« Qualitativement, le pays part de très loin, constate Jérôme Sabate. Mais on trouve maintenant des vins corrects, comme ce vin du Ningxia (Est du pays) qui a fait parler de lui jusqu’en Europe. Seulement, les régions tempérées sont rares et le contrôle qualité peu fiable. »

Via  Ouestfrance.fr et blog.vinsalsace.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 septembre 2012 par dans E, et est taguée , , , .

Qui sommes Nous ?

Deux étudiants, l'un en étude de Communication à l'ISCOM Paris, l'autre en étude de Droit à la faculté de Rouen. Nous vous proposons de décrypter point par point l'actualité, afin que vous puissiez vous forger une opinion sur les thèmes présentés.

Clément M

Clément L

What’s up on Twitter